10 bonnes pratiques pour observer les animaux sauvages

Comment Observer les Animaux Sauvages ? Guide des Bonnes Pratiques pour les Amateurs de Nature

La faune sauvage est une source inépuisable d’émerveillement et de fascination. Que vous soyez un photographe amateur en quête du cliché parfait ou un randonneur désireux de vivre des instants privilégiés, observer des animaux sauvages dans leurs milieux naturels est toujours un moment empreint d’une magie particulière. Il y a quelques années, je me suis pris de passion pour la photo animalière lors d’une rencontre avec un majestueux mâle orignal au Québec.

Etant complètement novice dans la photographie animalière, j’ai appris au fur et à mesure de mes sorties en pleine nature. Petit à petit j’ai réussi à observer certains des animaux les plus emblématiques du Canada. Une émotion particulière qui nous fait prendre conscience à quelle point la nature sauvage est belle. Dans cet esprit de découverte et d’apprentissage, je souhaite partager mon expertise et mes expériences de ces dernières années.

Je vous transmets certaines règles d’or et bonnes pratiques pour maximiser les chances de rencontres avec les animaux sauvages. Le tout en respectant et en préservant l’intégrité de ces créatures et de leur habitat. Suivez-moi dans ce voyage au cœur de la nature sauvage, où chaque observation devient une aventure unique. Un privilège rare qui nous rappelle la beauté et la fragilité du monde naturel qui nous entoure.

1. Se renseigner sur leurs comportements et leurs habitudes

Pour observer les animaux sauvages avec succès, il est essentiel de commencer par les connaître. Chaque espèce a son propre habitat, ses routines et comportements spécifiques. Par exemple, certains oiseaux préfèrent les hautes cimes, tandis que d’autres espèces se plaisent dans les zones humides. Connaître ces détails, c’est comme détenir une carte qui vous guide vers les moments les plus fascinants.

En outre, il est crucial d’étudier le comportement des animaux. Saviez-vous que les cerfs sont particulièrement actifs à l’aube et au crépuscule ? Ces connaissances transforment votre expérience d’observation. Elles vous permettent de prévoir où et quand vous avez les meilleures chances de les observer, tout en respectant leur environnement naturel.

Avant de partir à l’aventure, prenez le temps de vous informer. Les livres, les documentaires, et bien sûr certains articles de ce blog sont d’excellentes ressources pour enrichir vos connaissances. Cette étape de recherche n’est pas seulement un prérequis, c’est une partie intégrante de l’aventure. Elle vous prépare à entrer dans le monde des animaux sauvages avec respect et admiration, tout en augmentant vos chances de vivre des rencontres mémorables.

L'orignal ou élan d'Amérique est le plus gros cervidé du monde
L’orignal ou élan d’Amérique est le plus gros cervidé du monde (observation dans un parc national québécois)

2. Pour observer les animaux sauvages, le silence est Roi

Le silence, dans l’art d’observer les animaux sauvages, est un allié précieux. Les bruits humains sont souvent intrusifs dans la nature. Ils peuvent alarmer ou déranger la faune. En adoptant une approche silencieuse, vous augmentez vos chances de voir les animaux agir naturellement, sans être perturbés par votre présence.

Pour minimiser votre impact sonore, commencez par des mouvements calmes et réfléchis. Évitez les vêtements qui créent des frottements bruyants. Préférez les tissus doux et souples, qui vous permettent de vous déplacer sans bruit. Lorsque vous marchez, faites-le avec précaution, en plaçant doucement vos pieds sur le sol pour éviter les craquements de branches ou le bruissement des feuilles.

De même, lorsque vous manipulez votre équipement, comme les jumelles ou un appareil photo, faites-le avec délicatesse. Les clics et les claquements peuvent facilement effrayer la faune environnante.

Le silence va au-delà de la simple absence de bruit. C’est une pratique de pleine conscience, où chaque geste est pensé pour s’harmoniser avec l’environnement naturel. En adoptant cette approche, vous vous fondrez dans le cadre sauvage, ouvrant ainsi la porte à des observations plus authentiques et enrichissantes.

Etre au coeur de la nature sauvage c’est un peu comme être dans un lieu sacré : c’est à dire faire preuve de respect et de silence.

3. Observer les animaux sauvages : Prendre le temps

Dans notre monde où tout va vite, prendre le temps est une véritable bénédiction, surtout quand il s’agit d’observer les animaux sauvages. La lenteur n’est pas seulement une méthode. C’est une philosophie qui enrichit l’expérience d’observation. Les animaux ne suivent pas nos horaires. Ils sont rythmés par les lois de la nature. S’adapter à ce rythme est essentiel pour les rencontrer.

Apprécier pleinement l’expérience d’observation signifie être présent à chaque instant. Cela implique de ralentir, d’être patient et d’observer non seulement avec vos yeux mais aussi avec tous vos sens. Écoutez les sons subtils de la forêt, ressentez les parfums de la terre, et soyez attentif aux moindres mouvements autour de vous. Cette immersion sensorielle vous connecte plus profondément à la nature et augmente vos chances de vivre des moments uniques.

Ralentir, c’est aussi reconnaître que chaque sortie peut ne pas aboutir à une rencontre spectaculaire. Parfois, vous repartirez sans avoir observé l’animal souhaité, mais avec une meilleure compréhension et un lien renforcé avec la nature. Ces moments de calme et de contemplation sont tout aussi précieux que les observations elles-mêmes, car ils vous rapprochent de l’essence même de la faune sauvage.

C’est très important car de nos jours, nous sommes trop habitué à obtenir un résultat rapidement. Avec la nature et la faune sauvage, je vous conseille de faire abstraction de cela. Car si vous attendez à croiser un superbe orignal dès votre première sortie, vous risquez d’être déçu et de vous décourager. C’est d’ailleurs l’object de la partie suivante.

Le magnifique lièvre arctique est un des animaux du Canada
Un lièvre arctique dans la neige (image : jug_photo)

4. Persévérance et patience sont maîtres en observation animalière

Observer les animaux sauvages est un exercice de persévérance et de patience. Il ya des jours où, malgré tous vos efforts, la nature semble rester silencieuse, comme si les animaux avaient tous décidé de jouer à cache-cache. C’est dans ces moments que la patience devient votre meilleure alliée. Certains photographes attendent des heures, immobile, pour capturer l’image parfaite d’un animal dans son environnement naturel. C’est cette persévérance qui mène à des moments magiques.

Il est important de gérer vos attentes. Chaque sortie n’aboutira pas forcément à une rencontre spectaculaire, mais chacune d’elles est une occasion d’apprendre et de s’émerveiller. Appréciez les petites rencontres : un papillon qui se pose sur une fleur, le chant mélodieux d’un oiseau, ou les traces fraîches d’un animal dans la boue. Ces observations, bien que modestes, sont un pas dans la bonne direction.

La patience, c’est aussi accepter de ne pas tout contrôler. La faune sauvage évolue selon ses propres règles, et en reconnaissant cela, vous apprenez à apprécier chaque instant passé en nature. Et peut être que votre sortie n’aboutira pas à l’observation d’animaux sauvages mais elle peut vous fournir de précieux indices pour votre prochaine aventure. Vous avez repérer une zone avec des signes récurrents d’une présence animal ? Parfait, aujourd’hui n’est pas votre jour de chance mais vous avez appris qu’un animal sauvage fréquente ce secteur, et c’est presque aussi bien.

5. Observer les animaux sauvages : Adapter sa tenue vestimentaire

Lorsqu’il s’agit d’observer les animaux sauvages, le choix des vêtements peut faire toute la différence. Vos vêtements doivent s’adapter aux conditions environnementales tout en vous permettant de vous fondre dans le paysage. Dans des conditions variées, qu’il s’agisse de forêts denses, de prairies ouvertes ou de zones marécageuses, chaque environnement requiert une tenue appropriée.

Pour le camouflage, optez pour des couleurs et des motifs qui imitent l’environnement naturel :

  • Environnements forestiers : Privilégiez les tons de vert, de brun ou de gris.
  • Zones enneigées : Des vêtements blancs ou de couleur claire sont plus adaptés.

Cependant, gardez à l’esprit que le camouflage n’est pas seulement une question de couleur. Il s’agit aussi de minimiser votre silhouette et vos mouvements.

Le confort est également crucial. Portez des vêtements qui vous protègent des éléments (le froid, le soleil, la pluie ou les insectes), tout en offrant une liberté de mouvement suffisante. Des couches superposables sont souvent recommandés, car ils vous permettent d’ajuster votre tenue en fonction des changements de température tout au long de la journée. Pensez au système des 3 couches.

Ensuite, faites attention à votre silhouette. Évitez de vous détacher nettement contre le ciel ou les horizons dégagés. Utilisez le couvert naturel : les arbres, les buissons, et les reliefs du terrain pour dissimuler votre approche.

N’oubliez pas les chaussures. Des chaussures confortables et robustes, adaptées au terrain, sont essentielles. Elles doivent offrir un bon soutien et être imperméables si vous envisagez de traverser des zones humides. En fin de compte, des vêtements bien choisis vous rendent non seulement moins visible pour les animaux, mais améliorent également votre expérience globale en vous permettant de rester concentré et à l’aise pendant vos observations.

Le cerf de Virginie est le cervidé le plus commun en Amérique du Nord. C'est un des nombreux animaux que l'on peut observer facilement au Canada
Le cerf de Virginie est le cervidé le plus commun en Amérique du Nord. C’est un des nombreux animaux que l’on peut observer facilement au Canada

6. Lenteur et Souplesse de rigueur en pleine nature

L’approche des animaux sauvages exige une technique de déplacement particulière, caractérisée par la souplesse et la lenteur. Pour ne pas effrayer la faune, il est essentiel de savoir comment s’approcher discrètement et efficacement.

Lorsque vous marchez, faites-le lentement et intentionnellement. Posez d’abord le talon, puis déroulez le pied jusqu’aux orteils, en réduisant au maximum le bruit et les vibrations. Si vous devez vous déplacer dans des feuilles sèches ou des branches, essayez de repérer les zones plus humides ou couvertes de mousse, qui sont généralement plus silencieuses.

Enfin, apprenez à interpréter les signes de la faune. Si un animal vous remarque et semble inquiet, arrêtez-vous immédiatement. Évitez les mouvements brusques et attendez qu’il se calme ou s’éloigne. Parfois, rester immobile pendant un moment peut inciter l’animal à reprendre ses activités, vous offrant ainsi une meilleure opportunité d’observation.

En adoptant ces techniques de déplacement, vous vous donnerez les meilleures chances de vous rapprocher des animaux sans les perturber, ce qui est essentiel pour une observation respectueuse et enrichissante.

7. Gérer son odeur avec les animaux sauvages

Lorsqu’on se prépare à observer les animaux sauvages, l’attention portée à notre odeur est tout aussi importante que notre camouflage visuel. Les animaux, dotés d’un sens olfactif souvent bien plus développés que celui des humains, peuvent détecter les odeurs à des distances surprenantes. Gérer efficacement son odeur est donc crucial pour ne pas les alerter de notre présence.

Pour minimiser votre odeur corporelle, il existe plusieurs techniques. D’abord, évitez l’utilisation de parfums, déodorants ou autres produits cosmétiques fortement parfumés avant votre sortie. Ces odeurs artificielles sont facilement détectables par la faune. Ensuite, optez pour des vêtements lavés avec des détergents sans parfum et séchés sans assouplissants odorants.

Sur le terrain, certaines astuces peuvent également être utilisées. Par exemple, vous pouvez frotter des feuilles ou de la terre sur vos vêtements pour masquer votre odeur naturelle. Certains observateurs expérimentés utilisent même des sprays neutralisants d’odeur spécialement conçus pour les chasseurs.

Il est également préférable de prendre en compte la direction du vent lors de vos déplacements. En vous approchant des animaux avec le vent dans votre dos, votre odeur sera à portée vers eux. Idéalement, vous devriez essayer de vous positionner de manière à ce que le vent souffle de l’animal vers vous. Commencez par observer le vent et approchez-vous en venant de face ou latéralement, en évitant que votre odeur ne soit portée directement vers eux.

Mon conseil pas très glamour : Si vous souhaitez observer des animaux sauvage et notamment pour la photographie animalière, sentir mauvais est souvent mieux que de sentir trop bon !

3 sous-espèces de caribous sont présents au Québec : le caribou migrateur, le caribou forestier et le caribou montagnard
Groupe de Caribous au sommet d’une montagne dans le parc national de la Gaspésie

8. Le matériel indispensable pour observer les animaux sauvages

Pour observer les animaux sauvages, un équipement adapté est essentiel. Les jumelles, par exemple, sont l’outil par excellence de tout observateur de faune sauvage. Elles permettent de voir de près sans s’approcher physiquement, respectant ainsi la distance nécessaire pour ne pas perturber les animaux. Optez pour des jumelles avec un bon grossissement et une grande ouverture pour une vision claire, même en conditions de faible luminosité. Je recommande leur utilisation fortement.

Vous pouvez retrouver ici notre guide de conseils et d’achat : Les Meilleures Jumelles pour Observer les Animaux.

Outre les jumelles, d’autres équipements peuvent améliorer considérablement votre expérience. Un appareil photo équipé d’un bon téléobjectif vous permet de capturer des instants précieux sans interférer avec la nature. Si vous envisagez de rester immobile pendant de longues périodes, un trépied ou un monopode peut être utile pour stabiliser votre équipement et réduire la fatigue. J’ai également écrit un article entièrement consacré au sujet lorsque l’on débute la photo animalière : Quel appareil choisir pour la photo animalière quand on est débutant ?

Ne sous-estimez pas l’importance d’un bon sac à dos. Il devrait être confortable, avec suffisamment d’espace pour votre équipement, de l’eau, des en-cas et des vêtements supplémentaires. Assurez-vous qu’il soit facile à ouvrir sans bruit pour accéder rapidement à votre matériel.

Enfin, pensez à emporter des éléments de premiers secours et une lampe frontale pour les observations tôt le matin ou en fin de journée. Une boussole ou un GPS est également recommandé, surtout si vous vous aventurez dans des zones isolées.

Le bon équipement enrichit l’expérience d’observation, vous permettant de vous concentrer pleinement sur la beauté et les merveilles de la faune sauvage.

9. Le respect des animaux et leur habitat

Observer les animaux sauvages est un privilège qui s’accompagne d’une responsabilité éthique : celle de ne pas perturber les animaux et leur habitat. Cette responsabilité est au cœur d’une observation respectueuse, garantissant non seulement la sécurité et le bien-être des animaux, mais aussi la préservation de leur environnement naturel.

Le respect commence par comprendre et accepter que nous sommes des visiteurs dans leur monde. Cela signifie maintenir une distance suffisante pour éviter de stresser les animaux. Il est également essentiel de ne pas interférer dans leurs activités naturelles. Nourrir les animaux sauvages, par exemple, peut perturber leurs habitudes alimentaires, les rendre dépendants, et parfois même emmener des comportements agressifs.

Votre comportement peut aussi avoir un impact positif sur la conservation. En partageant vos expériences et vos observations, vous pouvez sensibiliser votre entourage à l’importance de protéger ces espèces et leurs habitats. De plus, en soutenant les parcs nationaux, les réserves naturelles et les organisations de conservation, vous contribuez directement aux initiatives qui préservent ces espaces pour les générations futures.

Pour moi une observation animalière réussi c’est quand notre approche, notre présence et notre départ ne modifie pas le comportement des animaux sauvages. Si ils continuent leur activités en notre présence et restent calmes, on peut considérer que c’est une observation réussi ! Dans mes aventures en milieu sauvage, rien n’est plus beau à mes yeux que de photographier un animal fascinant et de repartir sans l’avoir perturbé.

La martre d'Amérique est une petite bête de la même famille que la belette. Elle fait partie des magnifiques animaux du Canada à observer.
La martre d’Amérique est une petite bête de la même famille que la belette. Elle fait partie des magnifiques animaux du Canada à observer.

10. Reconnaître les signes d’agacement chez les animaux sauvages

Dans l’art d’observer les animaux sauvages, savoir quand on est de trop est aussi crucial que de savoir les trouver. Reconnaître les signes d’agacement chez les animaux est essentiel pour assurer leur bien-être et notre sécurité. Attention, chaque espèce a ses propres signaux d’alerte, et il est important de les connaître pour éviter de causer du stress ou du danger.

Les signes communs d’inconfort ou de stress chez les animaux incluent l’agitation, les mouvements brusques, ou les vocalisations répétées. Par exemple, un orignal qui rabat ses oreilles ou un oiseau qui lance des cris alarmants peut indiquer qu’il se sent menacé. D’autres signes peuvent être plus subtils, comme un changement dans la posture ou le rythme de respiration.

Si vous remarquez ces comportements, la meilleure réaction est de prendre du recul calmement. Continuer à observer un animal clairement dérangé peut devenir dangereux. Par conséquent, en s’éloignant, vous permettez à l’animal de se calmer et de reprendre ses activités naturelles. Cette attitude témoigne d’un profond respect pour la faune et contribue à une coexistence pacifique.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les signes d’agacement d’un orignal, j’ai écrit un article sur le sujet : Attaque d’Orignal : Comment Réagir si ce Géant des Forêts Veut vous Charger ?

Conclusion

En suivant ces dix conseils essentiels pour observer les animaux sauvages, vous êtes désormais mieux équipé pour vivre des expériences inoubliables. L’observation des animaux sauvages est bien plus qu’une simple activité. C’est une opportunité d’apprendre, de se connecter avec la nature et de contribuer à sa préservation. Chaque sortie est une aventure, un moment privilégié pour s’émerveiller devant la beauté et la complexité de la vie sauvage.

Rappelez-vous qu’observer les animaux sauvages doit toujours se faire avec respect, patience et conscience. Alors, prenez vos jumelles, votre équipement photo, suivez ces conseils, et préparez-vous à explorer le monde fascinant de la faune sauvage. A bientôt pour d’autres conseils.


Ces articles pourraient vous plaire :

Où observer les baleines au Québec ? Les meilleurs endroits dans ce guide

Où Voir les Baleines au Québec : Les Meilleurs Endroits Imaginez-vous sur un bateau, flottant…

Lire la suite
Animaux sauvages du Québec : découvrez 12 animaux fascinants

Splendeurs Sauvages du Québec : 12 Animaux Fascinants à Observer en Terres Québécoises Plongez au…

Lire la suite
Orignal : comment réagir en cas d'attaque ? Rencontre avec un orignal agressif, décryptez les signaux précédant une attaque

Attaque d’Orignal : Comment Réagir si ce Géant des Forêts Veut vous Charger ? Rencontrer…

Lire la suite
Lire l'heure avec le soleil et vos mains : une compétence de survie en pleine nature

Comment Lire l’Heure avec le Soleil et vos Mains en Pleine Nature ? Vous êtes-vous…

Lire la suite

4 réflexions sur “Comment Observer les Animaux Sauvages ? Guide des Bonnes Pratiques pour les Amateurs de Nature”

  1. Ping : Photo animalière : quels matériels choisir quand on est débutant ?

  2. Ping : L'Orignal : Comment Repérer la Présence du Roi des Forêts ?

  3. Ping : Comment Survivre en Nature : Guide Ultime pour vos Expéditions

  4. Ping : Les Chutes d'Iguazu : Une Merveille de la Nature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut